Responsabiliser les enfants

Ce soir en tentant de rattraper mon retard de lecture de blogs, je suis tombée sur cet article « Lettre d’un père à son fils » du blog l’Etincelle qui est une vraie mine.

Parmi mes grandes peurs de mère, il y a celle de les voir vivre dans un monde où l’argent et le pouvoir font lois, dans un monde qui n’a pas d’avenir car trop abîmé, ou dans un monde où le beau et les émotions sont tus. Et puis il y a cette peur, qui est arrivée sur le tard, de vouloir les faire grandir trop vite.

nous n’avons jamais parlé à nos enfants en langage bébé, nous leur avons toujours parlé normalement. Nous avons répondu à leurs questions en étant les plus sincères possible, et quand nous estimions qu’ils étaient trop jeunes pour certains sujets, nous le leur expliquions.

Mais j’ai sans doute parfois, dans l’impatience de partager toujours plus avec eux,  dans l’impatience qui est mienne d’aller toujours vers demain, commis l’erreur de vouloir les faire grandir trop vite.

On ne tire pas sur les carottes pour les faire pousser.

Lorsque mon père est décédé, j’avais 22 ans. C’était assez soudain, et il a bien fallu devenir rapidement autonome. Par forcément financièrement, mais pour tous les actes de la vie où dans la plupart des cas, on appelle Papa. Un problème mécanique sur la voiture, un choix à réaliser, un moment à partager.

Je n’ai jamais promis à mes enfants que je serai toujours là pour eux. Et j’ai toujours fait en sorte de les rendre aussi autonomes que possible. Ils ont, par exemple, plus de liberté que leurs copains et jouent parfois un après-midi complet sans que nous ne sachions exactement où ils sont. Ils ont une zone de jeu précise, et doivent s’y tenir; ils savent où nous trouver en cas de besoin.

Et puis récemment, je discutais avec un ami au sujet des marches pour le climat. Au fil de la discussion, nous avons évoqué le fait de sensibiliser, et de responsabiliser les enfants à l’écologie, à la protection de l’environnement, à la production de plastique et aux conditions environnementales et humaines dans lesquelles certains objets sont crées.

Bien sûr, le meilleur moyen de les initier est de montrer l’exemple. Aller à l’école à pieds, trier les déchets, tenter de les éveiller à la beauté de la nature…

Mais jusqu’où pouvons nous aller? Quelle est la limite à ne pas dépasser? Celle entre responsabilisation et culpabilisation. Ne pas les responsabiliser des erreurs de notre propre génération, les culpabiliser de cette charge que nous leur léguons? A partir de quel âge, peut-on expliquer à un enfant et lui demander de renoncer à tel objet ou tel jouet parce qu’il n’est pas éthiquement ou écologiquement responsable?  Doit-on vraiment leur dire et leur montrer le monde tel qu’il est, tel que nous allons leur laisser?

Ne leur ôte-t-on pas, parfois, une part de naïveté, une part de leur enfance, en les responsabilisant trop vite?

Photo: le Canal de la Haute-Seine et les loupiots.

Un commentaire sur « Responsabiliser les enfants »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s